La tactique du Gendarme

Publié le par L'Empereur

Mardi 24 : la "sécurité routière" par l'UMP


Je relaie un article du Monde, qui laisse sans voix (mais pas forcément pour le second tour ...) :

NICOLAS SARKOZY bénéficie-t-il d'un régime policier de faveur lors de l'organisation de ses réunions publiques ? Vendredi 13 avril, le candidat UMP était en déplacement à Meaux (Seine-et-Marne). [...] A cette occasion, une centaine de salariés [...] sous la menace de licenciements massifs, souhaitaient se rendre à Meaux [...]. C'était sans compter sur un imposant dispositif policier : 320 personnes, dont plus de 200 membres des forces mobiles.

 "Une voiture de police nous attendait à la sortie de l'usine. Cinquante mètres plus loin, trois motards nous ont demandé de nous mettre sur le bas coté. On a fait prévenir la préfecture, qui nous a fait savoir que tout ça relevait du ministère de l'Intérieur". Le bus n'a été autorisé à partir qu'à 20 H 30. [Note de l'Empereur : ca dure parfois 2 h30 les contrôles, le temps que le meeting commence à Meaux...]

Contrôle routier en 1941.

[Ledeuxième bus...] a été arrêté par deux motards au moment d'entrer sur l'autoroute. Devant les protestations des passagers, les policiers ont accepté de les escorter jusqu'à Meaux. Ils n'y sont jamais arrivés. Le bus a de nouveau été stoppé dans une petite commune, ou des renforts policiers avaient été postés, notamment une compagnie de CRS. [Rien que ça!]. "On a eu droit pendant deux heures et demie à une garde à vue en pleine campagne, sans aucun motif."


Source : Le Monde 18 Avril 2007. Voir résumé sur le site.


Publié dans SARKO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article