Saint Gerbis, buvez pour nous

Publié le par l'Empereur

Faire la messe ou conduire, il faut choisir !

REUTERS : DUBLIN  - Célébrer plus d'une messe par jour pourrait faire passer le taux d'alcoolémie des prêtres catholiques irlandais au-delà des limites légales tolérées au volant si un abaissement de ce taux venait à entrer en vigueur dans le pays.

Le vin est un élément essentiel à la célébration de la messe et le prêtre en boit une petite quantité pendant l'office.

Le taux d'alcoolémie toléré au volant en Irlande s'élève actuellement à 0,8 gramme par litre de sang (contre 0,5 gramme par litre de sang en France). Un durcissement de la législation est envisagé mais le nouveau taux d'alcoolémie autorisé n'a pas encore été précisé.

Alors que les rangs du clergé catholique s'éclaircissent, les prêtres, en particulier dans les zones rurales, doivent souvent conduire d'une église à l'autre le dimanche pour célébrer la messe.

Un prêtre pourrait se retrouver au-delà de la limite légale en essayant d'aller célébrer la messe dans deux ou trois églises le dimanche matin avant de revenir dans sa paroisse, a expliqué à Reuters le père Brian D'Arcy, personnalité du paysage audiovisuel irlandais et recteur du monastère d'Enniskillen, dans le nord de l'Irlande.

En effet, a-t-il expliqué, le vin consacré doit être consommé et le jeter revient à un blasphème.

"Si je bois seulement une gorgée de vin du calice à chacune des trois célébrations, j'ai l'impression que cela me fait passer au-delà de la limite autorisée au volant", a témoigné dans les médias locaux un prêtre anonyme de l'ouest de l'Irlande disant souvent avoir à célébrer plus de trois services par jour.

"Mais si on m'appelle pour me dire que quelqu'un est en train de mourir, je n'ai pas le choix et je dois prendre le volant pour aller lui administrer les derniers sacrements".

Le père Iggy O'Donovan de Drogheda, au nord de Dublin, a indiqué que les fidèles de l'assistance pouvaient toujours aider le prêtre à finir le vin s'il en restait trop.[NDLE :ca s'appele un assist, crime puni de mort dans la religion impériale].

"Mais le jour où quelqu'un évoquera la célébration de l'eucharistie comme moyen de défense après avoir été pris en flagrant délit d'alcoolémie trop élevée au volant, j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que de mauvaise foi", a-t-il déclaré à la radio RTE.

Source Reuters.

Un petit conseil aux prêtres irlandais : "Buvez tout, Dieu reconnaîtra les bourrins !"

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article